DC Conseil

LES REFUS DE PRÊTS IMMOBILIERS EN HAUSSE

LES REFUS DE PRÊTS IMMOBILIERS EN HAUSSE

Durant cette crise sanitaire, le problème n’est pas de se projeter dans l’avenir mais plutôt aux ménages de trouver les moyens de financer leurs projets.

L'organisme régulateur des banques, le Haut Conseil de Stabilité Financière, a imposé plusieurs critères dans le but de diminuer le nombre de prêts accordés. Les banques ayants déjà atteint leur objectif de l’année, elles acceptent de financer les meilleurs dossiers uniquement.

Même si les critères de sélections restent stricts, diverses possibilités s’offrent à vous pour financer vos projets.

Les critères de sélection des dossiers

Les banques se fient à trois indicateurs pour évaluer un dossier :

  • Tout d’abord, votre taux d'endettement ne doit pas être supérieur à 33 % ;
  • Dans un second temps, l’emprunt doit avoir une durée de remboursement égale ou inférieure à 25 ans ;
  • Pour finir, un apport personnel de 10 % peut-être nécessaire. Néanmoins, si vous voulez être sûr de la validation de votre dossier un apport de 20 % est recommandé.

Ces conditions ont donné lieux à une multiplication par deux du taux de refus. En effet, en 2019, le taux de refus de crédit immobilier était à hauteur de 5,5 %. Aujourd’hui, 11 % des demandes sont refusées. Les individus les plus touchés par cet épisode économique sont les primo-accédants qui représentent 37 % des refus.

Les solutions face au refus de crédit

Une ville onéreuse comme Paris laisse peu de place aux nouveaux acquéreurs. En effet, un apport de 20 % pour un crédit immobilier sur Paris est d’environ 12 000€. Cette somme astronomique est impossible à trouver pour la plupart des personnes. C’est pourquoi, nous avons réfléchi pour vous à plusieurs alternatives :

Regrouper vos crédits (comme abordé dans notre article précédent). Cette démarche permet d'économiser sur vos mensualités, et par conséquent, de vous construire un apport plus important.

Emprunter de l’argent auprès de vos proches pour avoir un apport plus conséquent.

Faire appel à un courtier pour négocier en votre nom auprès des banques et vous soumettre l'alternative la plus propice selon vos besoins.

source : www.lavieimmo.com
www.vousfinancer.com